le camp de GURS

QUELQUES DATES

Avec une capacité " d'accueil " de 18500 personnes, le camp de Gurs est le plus grand camp du sud de la France. Construit en 42 jours, de mars à avril 1939 pour interner les combattants de l'armée républicaine espagnole vaincue par le franquisme, il sera utilisé ensuite comme centre d'internement pour les indésirables du régime de Vichy et deviendra l'une des bases de la déportation des juifs en France.

15 mars au 25 avril 39 : construction du camp

Printemps et été 1939 : le camp " héberge " les combattants de l'armée républicaine espagnole et les volontaires des Brigades internationales réfugiés en France

- 5 avril 1939 : arrivée des premiers réfugiés basques
- avril-août 39 : arrivée au camp des combattants républicains espagnols : Basques, aviateurs, internationaux, espagnols
- septembre 39 à mai 40 : arrivée des réfugiés espagnols

Eté 1940 : internement des "indésirables"

De mai à juillet 1940, le camp regroupe des réfugiés arrêtés dans l'agglomération parisienne, des politiques français, des réfugiés politiques basques
Les réfugiés basques espagnols et les Espagnols sans papiers seront en grande partie transférés à Rivesaltes. Les femmes allemandes (juives ou apatrides, réfugiées politiques ou économiques, femmes fuyant plus généralement le nazisme) sont rassemblées le 15 mai 1940 au Vel d'Hiv, internées à Gurs et libérées à la fin de l'été 1940. Les indésirables français : militants communistes (la majorité), syndicalistes, socialistes, anarchistes, droits communs, quitteront Gurs pour le camp de Nexon la même année.

22 juin 1940 : Armistice

D'octobre 1940 à novembre 1943, des juifs sont regroupés au camp de Gurs en attendant leur déportation (juifs allemands expulsés du Pays de Bade, réfugiés juifs d'Europe centrale).

- 22 octobre 1940 : rafle de 6.538 juifs du Pays de Bade, du Palatinat et de Sarre (1.125)
- 24 et 25 octobre 1940 : arrivée à Gurs des juifs badois (les autres sont déportés à Rivesaltes)
Origine des juifs badois :
- Mannheim : 2.335
- Heidelberg : 1.380
- Karlsruhe : 750
- Firbourg-en-Brisgau
- Constance
Près de 1 sur 8 mourra au camp de Gurs (820 décès)

- 1er novembre au 31 octobre 1940 : nouveaux internements de juifs en provenance :
- des camps de Brens et de Rivesaltes qui sont fermés
- arrestations arbitraires de juifs raflés chez eux par la police de Vichy ou à la suite de contrôles d'identité, d'opérations de police à caractère racial et de chasses aux suspects étrangers

Les déportations à Auschwitz via le camp de Drancy

Entre octobre 40 et novembre 43 :
- 3.907 juifs sont déportés à Auschwitz via Drancy
- 1.038 décès
- 910 évasions

- 6, 8 et 24 août 42 : 6 convois partent de Gurs pour Drancy : 1710 hommes et femmes
- 1 septembre 42 : un convoi de 502 hommes et femmes
- 27 février 1943 : un convoi de 925 hommes et femmes
- 3 mars 1943 : un convoi de 770 hommes

Tous sont livrés à l'Allemagne Nazie par les policiers français, les listes sont dressées par les directeurs du camp de Gurs. Ces hommes et ces femmes périront à Auschwitz.

Mars 43 : invasion de la zone libre

1 novembre 43 : le camp est dissout mais pas fermé. Il reste 229 internés.

9 avril 44 : internement de 26 nomades français
5 juin 44 : internement de 151 femmes (politiques, droits communs, prostituées)
25 août 44 : à la libération du Béarn, tous les internés sont relâchés

Après la libération, le camp sert de site d'internement pour les trafiquants du marché noir, les petits collaborateurs et des prisonniers de guerre allemands.

30 août 44 : internement de 310 soldats allemands
26 octobre 44 : un premier groupe de collaborateurs entre à Gurs. Il y en aura jusqu'à 1.585 qui seront tous libérés par la suite.
12 octobre 44 au 31 septembre 45 : 1.475 combattants ou réfugiés espagnols anti-franquistes sont internés (anciens maquisards FFI qui combattent le régimes franquiste depuis le territoire français capturés aux postes frontière). Ils sont très vite libérés

Le camp est définitivement fermé le 31 décembre 1945. Les baraques encore utilisables sont vendues aux enchères en 1946. Les autres sont brûlées par mesure d'hygiène. Une forêt est plantée sur les lieux du camp.

Ces informations sont extraites de l'ouvrage Le camp de Gurs, de Claude Laharie 

ellez voir le site de J.HERRERO
http://gurs.free.fr/
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×